Accueil A la une Pape Massamba Thiaw recadre son camarade Ibrahima Thioub

Pape Massamba Thiaw recadre son camarade Ibrahima Thioub

0
389

Pape Massamba THIAW, SG de la Jeunesse Socialiste de Nguéniène.SG chargé à la communication de l’union des jeunesses socialistes de Mbour n’a pas loupé son camarade dans cette citation directe que je vous propose de lire

CAMARADE IBRAHIMA, SA « THIOUB BAXOUL ».

Camarade Pape Ibrahima Thioub, ceci est une sincère invite à votre endroit : allez réapprendre les textes qui réagissent l’organisation et la marche de notre formation politique et faites-vous, s’il vous plait, désintoxiquer politiquement. De loin vous laissez sentir que quelqu’un vous a noyé dans les eaux usées et troubles du pays. Ces dernières, servies comme une boisson rafraichissante aux aventuriers du désert, creusent la raison et le ventre. Il n’y a pas d’intérim dans les textes du Parti socialiste. Vous y trouverez le terme suppléance, avec tout son sens et poids juridique. Camarade, sa « thioub baxoul ».
De nos jours, la malhonnêteté intellectuelle en général, politique en particulier, est le plat favori de beaucoup de concitoyens. Certains politiques, en carence d’arguments, se transforment en bénis-oui-oui ou en oiseaux de mauvais augure pour étayer des théories ubuesques, qui ne reflètent nullement la réalité et les circonstances, mais plutôt des intérêts égoïstement visés, quitte à ternir les autres. Désolé de constater, cher camarade Pape Ibrahima, que vous empruntez allégrement ladite voie. J’insiste, camarade Ibou, sa « thioub baxoul ».
Sachez, Monsieur, que ceux qui vous entendent ou lisent vos élucubrations ne sont pas des demeurés. Allez dans les « radios Kankan » et dans les réseaux sociaux, faites votre show de plaidoyer sans fondement réel, c’est votre droit le plus accompli mais cependant, évitez de continuellement vous dénuder par votre manque de discernement et de votre ignorance flagrante des textes du Parti et de son histoire. Ne mettez point la honte sur les militants que nous sommes et sur le PS. Nous ne laisserons jamais prospérer ces types de déclarations puériles et nous apporterons toujours des réponses à la hauteur des actes posés. Camarade Pape, je le réaffirme, sa « thioub baxoul ».
Camarade Ibrahima, n’ayez jamais honte de vous renseigner dignement et intelligemment avant de vous attaquer méchamment à quiconque. Conseils d’un petit frère à son aîné perdu par les sirènes des eaux d’un autre siècle. Le Professeur Gorgui Ciss, qui n’ignore guère que nous avons un parti de masse, de surcroît qu’il est l’édile de Yenne depuis plusieurs années, a toujours organisé ce meeting annuel chez lui, pour une symbiose parfaite entre sa base politique et l’ensemble de ses administrés. Seriez-vous subitement contre la mobilisation et la massification du Parti ? Mais, je peux comprendre. Quand quelqu’un est incapable de rassembler de 50 personnes chez lui et qu’en plus son leader n’a aucune base politique, la médisance et la jalousie deviennent sans efforts ses meilleurs compagnons de route. La complicité entre un leader politique et ses militants est le résultat d’un travail fastidieux et durable. Elle n’est pas le fruit hasardeux de déclarations opportunistes et circonstanciées. Sachez également, que la brave et brillante madame Aminata Mbengue Ndiaye, Secrétaire Générale du PS, ne mérite pas votre acharnement honteux et sournois. Je considère que les renouvellements devront se tenir dans des délais raisonnables. Seulement, il y a un préalable : faire les choses dans les règles de l’art et jouer le jeu de la démocratie transparente jusqu’au bout. Votre défaut principal est d’attribuer un pouvoir imagé et imaginaire au camarade Serigne Mbaye Thiam, alors qu’il n’en est rien. Vous ne l’aidez pas en voulant l’imposer de la sorte aux autres. Conseillez-lui la base et le terrain. Nous en reparlerons dès lors. Camarade, sa « thioub baxoul ».
Camarade Pape Ibrahima, on peut davantage vous comprendre, puisque vous personnifiez cette pensée de Voltaire : « Ce n’est pas compliqué, en politique, il suffit d’avoir une bonne conscience, et pour ça, il faut avoir une mauvaise mémoire ! » En vous lisant, on constate clairement la limite de votre mémoire et de vos connaissances historiques. Madame Aminata Mbengue Ndiaye a gagné chez elle, en étant au pouvoir et en étant à l’opposition. Elle continue de diriger les socialistes de Louga ainsi que le Mouvement National des Femmes du PS. Idem pour le Professeur Gorgui Ciss qui a toujours gagné chez lui et il continue d’ailleurs à le faire. Au moins, ces deux-là ont fait leur preuve. Votre mentor, ne dirige rien, depuis et jusque-là. C’est vraiment hautain, humiliant et prétentieux que des gens qui n’ont jamais géré une sous-section de 25 militants se voient, d’un coup, présidentiables sur nos têtes bien faites et nos âmes travailleuses. Nous ferons face à ceux qui, ivres de leurs propres personnes, veulent gagner devant les prétoires ce qu’ils ont déjà et très longtemps perdu devant les militants.
Honneur soit rendu à ceux qui, comme le Professeur Gorgui Ciss, madame Aminata Mbengue Ndiaye, etc. se battent continuellement pour la massification et le rayonnement du PS, au moment où d’autres gaspillent trop d’énergie dans les raccourcis afin de se confiner davantage dans la facilité. L’histoire politique de notre Parti a toujours été celle de la base et de la mobilisation des masses. Elle a toujours condamné l’arrogance, l’indiscipline et le manque de patience.
Pour qu’un Parti soit respecté et attractif, il faut que chacun de ceux qui le servent, s’efforce de le rendre respectable par le courage de se battre à la base et par l’honnêteté intellectuelle. L’honnêteté à la place de cet excès d’habilité qui, en politique, n’est rien d’autre qu’une forme élaborée du cynisme. « Un estomac creux n’est pas un bon conseiller politique », disait Max Weber. J’y ajoute qu’une tête vide est une catastrophe en politique. Monsieur Thioub, il fut un temps où nous vous avons cru marron. Camarade, sa « thioub baxoul ».
Cher camarade, le Parti a mille visages mais il n’a qu’une seule âme. Voilà notre Parti, notre vrai Parti, celui-là que nous ne voulons pas laisser détruire. Ce n’est pas pour nous que nous voulons le sauver, mais pour son histoire et pour honorer les mémoires des femmes et hommes de valeur qui nous l’ont transmis. Camarade, sa « thioub baxoul ». Sachez-le et notez que Madame Aminata Mbengue Ndiaye et le Professeur Gorgui Ciss n’ont que des amis, éventuellement des concurrents, mais jamais d’adversaires. Leurs opinions nous honorent et nous permettent d’envisager l’avenir avec optimisme.
Vive le Part Socialiste.

AUCUN COMMENTAIRE