TOURNEE NATIONALE DE LA DIRECTRICE GENERALE DE L’ANPECTP A DIOURBEL : L’EDUCATION RELIGIEUSE, UN LEVIER POUR RELEVER LE TBPS

0
95

La capitale du Baol a accueilli la délégation de la Directrice générale de l’Agence Nationale de la Petite Enfance et de la Case des Tout-Petits ce mardi 21 septembre 2021. La visite de Mme Maïmouna Cissokho KHOUMA s’inscrit dans le cadre de la tournée de prise de contact avec les autorités et les acteurs du Développement intégré de la petite enfance (DIPE), entamée au lendemain de sa prise de fonction.
En présence de M. Ndiouga NDIAYE, Coordonnateur régional de l’ANPECTP à Diourbel, les autorités administratives, locales et académiques, après avoir félicité la Directrice générale de rendre des visites de courtoisie aux acteurs régionaux, ont rappelé la spécificité de la région qui demeure un foyer religieux avec la présence de daaras. Des stratégies doivent alors être développées afin de diversifier l’offre et renforcer les structures déjà existantes. Une mobilisation générale est attendue de la part de l’ensemble des familles d’acteurs pour que les tout-petits accèdent aux structures DIPE, a rappelé M. Gorgui MBAYE, Gouverneur de Diourbel.
Le développement de l’éducation religieuse constitue dès lors un important levier afin de relever le taux de préscolarisation Diourbel qui est 5,7%, encore loin de la moyenne nationale qui est de 17,3%. L’éducation aux valeurs est à renforcer, le retour à notre culture et à nos traditions sont à inculquer dès la petite enfance afin de forger le citoyen sénégalais de qualité qui fera la fierté de la nation, a indiqué le Gouverneur.
Renforçant le propos de l’autorité administrative, M. Malick Fall, maire de la Commune a préconisé la valorisation de l’enseignement religieux et la prise en charge des jeunes enfants partout où ils sont accueillis : daaras, écoles coraniques, écoles franco-arabes, cases des tout-petits, garderies ou écoles maternelles. Selon l’édile, également député à l’Assemblée nationale, le choix du parent doit être soutenu et accompagné par l’Etat afin que l’enfant soit accueilli dans de bonnes conditions, en privilégiant l’équité dans l’offre éducative.
C’est ainsi que la mairie répartit la dotation scolaire à tous les types de structures car l’éducation est une compétence transférée d’où l’effectivité de la prise en charge des personnels d’appui, le financement de sessions de renforcement de capacités des éducateurs de la petite enfance, pour un montant d’un million et demi, la réhabilitation de certaines structures dont l’école maternelle de Diourbel à hauteur de 5 millions, et la mise à disposition de sites pour l’érection de cases des tout-petits.
A l’Inspection, M. Mamadou KHOUMA, Secrétaire général, au nom de l’Inspecteur d’Académie de Diourbel, empêché, a réitéré sa disponibilité à travailler en synergie avec le Coordonnateur régional pour le relèvement du TBPS régional. La présence du Projet Investir dans les Premières Années de la vie au Sénégal (PIPADHS) à Diourbel va permettre d’améliorer les offres de services et de développer l’accès avec la construction de daaras préscolaires et de 5 Cases des tout-petits à Mbokki, Thakhar, Madina, Ngoye et Ndindy dont les constructions vont démarrer cette année.
La Directrice générale et la délégation de l’ANPECTP ont ensuite visité la Case des tout-petits de TP qui est en attente de réhabilitation, en présence de la directrice Mme Ndoya NDAO et de l’équipe pédagogique. A l’école maternelle de Diourbel Ville, la rencontre avec les acteurs a permis de revenir sur les enjeux, défis et perspectives du sous-secteur avec les interventions des représentants des éducateurs, membres des Collectifs départementaux de la petite enfance (CODEPE), de l’Association régionale des parents d’élèves, des Conseillères familiales, de l’IEF de Diourbel, s’exprimant au nom de ses collègues.
La Directrice générale de l’ANPECTP a tenu à remercier les différentes autorités et l’ensemble des acteurs pour leur soutien manifeste et leur franche collaboration avec le Coordonnateur régional, sans oublier les partenaires tels que ChildFund-Fédération du Baol et le PIPADHS. Selon elle, la petite enfance nécessite une synergie des interventions pour relever ensemble les défis sous-secteur. Elle a aussi informé de l’élaboration d’un Guide de l’éducation religieuse afin d’adapter l’offre d’éducation à la demande des populations et de disposer d’un programme harmonisé destiné aux structures DIPE.