Oureye DIOUF Coordinatrice APR BBY Tunisie. »AU NOM DE LA LIBERTÉ ET DE LA DÉMOCRATIE »

0
33


Ma RÉPLIQUE à cette infime partie de la presse Sénégalaise qui s’est érigé en donneur de leçon à l’égard de la plus haute autorité de ce pays à savoir son Excellence le Président Macky Sall et par la même occasion pointer du doigt ces imminents sages du conseil constitutionnel qui au moment ces lignes sont écrite ne se sont encore guère prononcé sur le sujet à savoir la candidature de notre leader de Parti,de ce fait il est de mon devoir en tant que Citoyenne de rappeler à cette tribune de 80 journalistes les règles de bases fondamentales qui régissent ce métier noble qui jadis avait pour slogan informer « informer juste » sans parti pris tout en tenant compte des faits réels, écrits ou relaté ni plus ni moins. En censurent l’article 27 de la constitution à l’avantage de votre tribune pour vous donner raison est indigne pour votre fonction et sachiez que vous n’avez et n’aurez jamais le pouvoir de valider ni d’invalider la candidature du Président Macky Sall ni celle d’un autre candidat pour la simple et bonne raison que vous n’êtes pas habilité à cette tâche.
À cette tribune de journalistes, je tiens à vous signaler que vous ne représentez nullement la presse Sénégalaise dans son ensemble car vous n’en représentez même pas 1/10, vous avez cessé d’être le rempart de la Démocratie Sénégalaise le jour où vous aviez choisi de vous radicaliser dans une voie qui n’est ni plus ni moins partisane. Au lieu de vous mettre en faction devant une éventuelle candidature du commander en chef qui il faut le souligner serait tout à fait légitime vous feriez mieux de vous pencher sur comment redorer le blason au regard de la société pour ce métier que vous avez choisi parmi tant d’autres.
Que j’aurais aimé lire votre tribune quand un soit-disant « leader » appelé à la désobéissance et la violence, qu’ au lendemain du 1er juin où l’université Cheikh Anta Diop a subi des dommages qui marqueront à tout jamais cette bâtisse, pillé et saccagé des années d’archives d’hommes et de femmes de nationalités confondues, des hommes d’états et de sciences qui ont eu à empreinter les couloirs et les amphis, ce temple du savoir qui les a formé puis féliciter pour leur rigueur, abnégation et courage de voir sa mémoire souillé et une partie de leur existence parti en fumée au nom de l’irresponsabilité d’une personne qui ne mérite guère notre respect et attention car cela ne concerne nullement République. Je n’aurais nul besoin de vous rappeler que CESTI fait partie des dommages collatéraux. Je suis indignée du silence qui vous a animé, ce silence qui en dit long sur vous et l’mplication de la plus part d’entre-vous sur ce projet de déstabilisation et de destruction de notre. Cette nation que vous décrivez au paragraphe 11 comme étant la vitrine de la Démocratie Africaine, vous l’aviez si bien noté et heureusement que vous n’avez pas omis de nous renvoyer en 2021 où vous aviez décidé de changer d’identité et aller outre les règles du journalisme. L’investigation mise aux oubliettes pour laisser sa place aux ragoûts et sites à scandales qui sont devenus vos fournisseurs officiels en informations. Vous avez vendus vos plumes aux plus offrants au périls de la stabilité nationale. Ce sacerdoce qui vous a accompagné tout au long de votre formation s’est vue inscrit aux abonnés absents, l’éthique et la déontologie troqué à la diffamation, rigueur, écoute et esprit de synthèse remplacé par des méthodes déloyales allant jusqu’à divulguer des secrets d’états au périls de chaque citoyen et de nos Forces de Défense et de sécurité ceux-là à qui nous devons paix et tranquillité, ceux-là dont la loyauté et le mérite dépassent nos frontières car cité parmi les meilleurs en Afrique pour ne pas dire les meilleurs.
Notre Nation a certes connu des moments sombres qui ont quelques fois fait croire qu’elle n’en sortirai pas indem pourtant elle a toujours su surmonter, nous montrer quelques soient les épreuves notre Sénégal restera debout. De la crise de 1962 juste après l’indépendance qui opposé Mamadou Dia président du conseil au président Senghor, crise qui marqua la fin du régime parlementaire à la grève de 1968 et beaucoup d’autres qui ont marqué leurs empreintes se sont vus surmonter grâce à de grands hommes de principes pétris de Valeurs qui se sont donnés à cœur pour que cette démocratie demeure; le lègue notre arme de survie.
La loyauté où se situe la votre ?
Son Excellence le Président Macky Sall que vous décrivez dans votre tribune comme un dictateur et un assoiffé de pouvoir avec des mots virulent c’est à se demander si vous aviez pris le temps de vous relire. Où se situe le respect dans vos propos, si le Sénégal n’était pas un model de démocratie je pense que beaucoup de vos écarts auraient pu aboutir à des conséquences. À vous journalistes politiciens opposants osé comparer la situation politique du Sénégal à d’autres nations Africaines montre une fois de plus votre incapacité d’analyse politique et de discernement face à la crise que traverse notre pays mais aussi la confirmation que êtes à la solde de politiciens et lobbies qui ne cherchent que le chaos pour pouvoir exister. À ceux-là qui essaye par tout les moyens d’échapper à la justice dites vous que vous aurez à répondre de vos actes car le Sénégal est un État de DROIT où nul n’est au dessus de sa loi.
Le Président Macky Sall est et demeure la solution pour faire face à tout ces envahisseurs qu’ils soient intérieurs ou extérieurs. Chaque citoyen est libre de choisir son candidat et de faire en sorte qu’il soit en lisse et nous au sein de Benno Bokk Yaakaar la coalition gagnante nous avons le droit et le devoir de soutenir la candidature de notre leader et chef de Parti, nous serons debout pour former un bouclier au tour de cette candidature si telle est sa volonté. Si vouloir la stabilité et le développement c’est dire OUI à la candidature du BÂTISSEUR, le OUI sera notre mot d’ordre et nous ferons de sorte que ce que les ennemis du Sénégal lui souhaitent ne soient qu’un mirage.
Je saurais terminer sans pour autant féliciter tout les acteurs du dialogue National pour leur engagements sans faille d’où son succès qui je sais ne vous comble guère car ayant été intérim par la COVID 19 où aviez à clamé son avortement et voilà contre toute attente malgré la situation du pays sur tout les plans le dialogue s’est tenu au détriment de vos jugements et ce fut une grande victoire de la Démocratie Sénégalaise mais surtout il faut le souligner le réel du degré inégalable du leadership de son Excellence le Président Macky Sall.
À cette tribune, nous avons un Amiral sur le pont prêt à tout pour une bonne navigation et cet Amiral est et demeure son Excellence le Président Macky Sall l’homme jamais égalé le meilleur de sa Génération reconnu par ses pairs et Mondialement.
Cap sur l’horizon 2035, l’espoir de nos générations futures.