L’edito de Maréme : La rigueur

0
339


Si on parlait de …

LA RIGUEUR

Encore une formation ? Quand est ce que tu vas arrêter d’étudier ? Marème, tu aimes trop l’école …Et j’en passe ! Ces phrases, je les entends tous les jours. Étant en pleine reconversion professionnelle, et étant rigoureuse au travail et à la maison, je me suis donnée comme sacerdoce de ne jamais arrêter d’apprendre pour mieux maîtriser ma passion.
La rigueur, n’est ce pas la précieuse qualité de quelqu’un de soigné sur qui l’on peut compter ? Elle inspire confiance. Mais quand la rigueur est abusée, elle se meurt et tue toute créativité. Serait ce une raison de l’abandonner au profit du laxisme ?
Comment être rigoureux au travail sans en abuser ?
Et si on en parlait ?

Sur le plan professionnel, la rigueur est une des qualités les plus recherchées.
Une parfaite rigueur professionnelle dans le travail est nécessaire tout au long d’un projet pour maîtriser les délais, le budget, la qualité ainsi que les risques. Il s’agit de respecter une méthodologie, de savoir planifier, suivre, mesurer et réagir aux éventuels dysfonctionnements et dérives.
La rigueur c’est aussi avoir une vraie gestion émotionnelle. Il faut savoir éviter les confusions de nos sentiments au travail, accueillir les remarques d’un collaborateur sans se sentir offensé. Il faut savoir faire la différence entre jugement des prestations et jugement de la personne. En gros, il faut savoir apprivoiser ses émotions et être ordonné. L’ordre a des vertus de clarification de l’action, il permet de faire un travail efficace et rassure les individus. Mais la rigueur professionnelle ne veut dire en aucun cas de la rigidité ! Trop de rigueur tue la vitalité d’une entreprise.

Il y a excès de rigueur quand l’homme rigoureux ne regarde plus la réalité, quand le respect de la loi va à l’encontre de la situation ou de la personne, quand la règle est appliquée de manière ferme comme une fin en soi, par amour du seul principe ou par crainte du jugement, sans discussion ni échange: « C’est comme ça, ce n’est pas autrement. » Le rigide ne sait pas faire autrement qu’à l’habitude.
Seule solution pour lui : faire plier les autres .. au risque de tout casser. Devenu inflexible mentalement, l’homme trop rigoureux rejoint le clan de ceux qui sont rigides sans rigueur, sans fondement rationnel, juste par goût de domination ou par défense de principes, convictions, croyances et habitudes qui n’ont jamais été remis en question. 
Que faire donc pour gagner en rigueur sans devenir rigide ?
Voici quelques conseils !
Il faut bien apprendre son métier et le mettre en pratique. Il faut comprendre le sens des règles qui sont imposées pour ne jamais en faire un absolu. Toujours remettre à jour et en question son savoir en restant en recherche. Accepter de se faire contrôler, surtout si l’on pense être un expert. Aussi, il faut choisir un ou plusieurs mentors qui nous pousse plus loin et enfin demander des retours sur son travail pour progresser.
Quand la rigueur du geste s’allie à l’esprit, la créativité peut alors s’exprimer et l’innovation peut éclore !

L’édito de Marème